Comment les monnaies libres favorisent la créativité et l'innovation

Monnaie dette vs. monnaie libre : deux systèmes, deux éthiques

L'éthique des monnaies dettes (euro, dollar, etc.) consiste à prétendre qu'on peut allouer une création monétaire pour certains projets, parce qu'ils vont faire apparaître des valeurs dans l'économie.

Les banques accorderaient un crédit pour ce qui est jugé rentable, ce qui signifierait que cela a nécessairement de la valeur.

Le banquier serait comme une sorte d'oracle, capable de comprendre l'air du temps, et de deviner à l'avance ce qui va être valorisé par les gens, considérant en plus que "ce qui se vend" est "ce qui a de la valeur".

Une monnaie libre considère que le fait qu'une valeur économique ait ou non de la valeur est un jugement qui doit être fait par tout un chacun, avec le référentiel de valeur qui lui est propre.

Une monnaie libre ne juge pas a priori une valeur économique : elle autorise chaque être humain à la produire librement, en laissant chacun de ses contemporains (et pas seulement le banquier) juger si la valeur produite a effectivement de la valeur pour eux, ou non.

Les valeurs économiques sont relatives à l'observateur

Même au sein d'une même génération, une personne peut considérer qu'une chose a de la valeur, alors qu'une autre considère qu'elle en a pas.

Cette relativité est encore plus flagrante lorsqu'on traverse les générations.

Pensez à toutes celles et ceux dont les travaux sont rentrés dans l'histoire, alors qu'ils vivaient dans la misère de leur vivant, qu'ils soient peintres, écrivains, compositeurs, philosophes, physiciens, inventeurs et créateurs de tout poil.

À l'inverse, pensez à ceux qui ont été récompensés monétairement de leur vivant, sans faire ni chaud ni froid à toutes les générations qui ont suivi.

Une époque valorise souvent ce qui est à la mode, et c'est généralement ce qui ne rentre pas dans l'histoire.

On ne connaît pas toutes les valeurs en train d'êtres produites

Chacun sa chanson

Le système monnaie-dette, c'est un comme si 10 musiciens se retrouvaient pour jouer ensemble, mais que c'était toujours le même qui choisissait quels morceaux allaient être joués, les 9 autres devant se plier à la volonté du premier.

En monnaie libre, chacun peut tour à tour choisir la musique qu'il souhaite entendre jouée, et les autres sont libres de l'accompagner ou non.